150 ans de nightlife

Dans le cadre de l’exposition 150 ans de nightlife, le MUSO vous présente quelques témoignages de la vie nocturne à Salaberry-de-Valleyfield! Parcourez les différentes thématiques abordées dans notre exposition!
Les veillées

Les veillées

Toutes classes confondues, les célébrations se tiennent surtout au domicile et tous prennent part aux mêmes activités. Lors de rassemblements plus intimes, on se partage des légendes, on joue aux cartes et à des jeux de société.

C’est à qui peut faire le plus de bruit :
Cuillères, tambour, mains, pieds, harmonica accompagnent les sons des ‘’reels’’ À du violoneux et de l’accordéoniste. Entraînés par le ‘’câleur’’, on y danse des gigues et des quadrilles. On y chante des chansons à répondre riches en récits personnels ou tragiques des temps passés ou encore moquant des personnages politiques.

Les établissements
LL.007

Les établissements

À l’époque de l’industrialisation de la ville, chaque quartier a son bar ou sa taverne pour servir la population du coin, où les hommes peuvent s’y diriger directement à la sortie du travail.

C’est un endroit symbolique où les hommes peuvent passer leur temps libre à jaser et à jouer aux dards, au billard ou aux cartes. On y fait également des paris de course. C’est un endroit près de chez soi, où on n’a pas besoin d’être bien habillé ou de surveiller ses manières ou son langage. Les femmes n’y sont donc pas acceptées, c’est un endroit de détente pour les hommes. C’est un lieu protégé et fermé, où on est accepté et accueilli chaleureusement.

Un de ces établissements encore en place aujourd’hui est le Grand Trunk, un bar populaire du quartier Georges-Leduc fondé il y a 129 ans!

 

Nightlife illicite
prohibition-1

Nightlife illicite

Une ville comme Salaberry-de-Valleyfield, avec une population nombreuse et en constante évolution, engendre une variété de divertissements légaux,
mais aussi d’autres formes de divertissements illégitimes tels que la prostitution et les maisons de jeu. Les lieux de divertissement, souvent associés à la consommation d’alcool, sont souvent le décor de chahut avec des clients qui se laissent emporter, entraînant des troubles nocturnes, des bagarres et même des homicides. Ces problèmes occasionnels engendrent une augmentation des délits, ce qui amène l’intervention de la police. Des arrestations sont effectuées, et des amendes sont infligées dans le but de maintenir l’ordre et la sécurité. Dans une grande ville comme Salaberry-de-Valleyfield, où de multiples activités ont lieu et où la population recherche des divertissements et des plaisirs, il existe une dynamique complexe entre la tentation, la lutte contre les comportements nuisibles et les efforts pour préserver l’intégrité de la communauté.

 

American Way of Life
00859

American Way of Life

Après la Deuxième guerre, une notion de « bien chez soi » est popularisée. Les familles cherchent à rendre leur domicile de plus en plus confortable et pratique. Les produits américains sont vus comme le top de l’innovation, du design et du confort. L’importation de produits américains sera donc très importante. On cherche à recréer les intérieurs vus à la télévision et au cinéma.

Cinema
Tout comme à Montréal, les premiers films diffusés à Valleyfield sont présentés au public par des entrepreneurs qui voyagent avec leur équipement de production. Le tout premier film montré à Valleyfield est un match de boxe entre J. Jeffries et Bob Fitzsimmons en 1899.

Les amusements

Les amusements

La hausse des salaires et l’augmentation du temps de loisir dans les années 1970 mènent à une hausse majeure de demande pour une offre d’activités dans Valleyfield. Les clubs se multiplient et sont de plus en plus diversifiés pour plaire à tous: échecs, peinture, photographie, ballet, cadets, astronomie,
Cursillos, le Cercle des fermières, etc.

Les sports
Les sports font partie de la vie des Campivalensiens depuis les tout débuts de la ville. Le palais des amusements est l’un des premiers lieux à accueillir des rassemblements à Valleyfield. Fondé en 1897, l’endroit accueille de nombreux matchs de hockey, mais également des attroupements politiques. C’est l’endroit pour les évènement majeurs, culturels ou sportifs avant la construction d’un aréna. Les Braves de Valleyfield attirent de grandes foules lors de leurs matchs et gagnent la coupe Alexander en 1951.

Évènements spéciaux

Évènements spéciaux

Les fêtes nationales, les rassemblements sociaux tels que les parades, l’Halloween, les mariages et les messes de Noël, des carnavals et des tournois sportifs mobilisent un grand nombre de personnes. Des soirées dansantes et des événements de collectes de fonds, de remise de prix ou de parrainage offrent également des opportunités de rencontres et de réjouissances. Ces réunions publiques sont attendues avec trépidation et produisent un fourmillement de préparatifs incluant quelquefois un budget considérable, contribuant à l’ambiance et à l’importance unique de chaque célébration.

Cirque
Parmi les événements annuels très attendus, le cirque et ses amuseurs publics sont particulièrement populaires.  Le public adore les numéros de prouesses physiques, de vaudeville et ceux qui exhibent des individus différents tels que des « femme à barbe » ou gens atteints de nanisme.

Les spectacles

Les spectacles

À travers les années, Salaberry-de-Valleyfield eut la chance d’avoir plusieurs harmonies musicales dans sa ville qui ont animé les soirées, et ce, de manière totalement gratuite et volontaire. Plusieurs organisations et clubs sociaux ont soutenu la création et le maintien des fanfares et harmonies. On peut penser à la Fanfare musicale de Valleyfield établie aux alentours de 1879, à l’Harmonie de Valleyfield et à celle de La Garde Champlain pour en nommer quelques-unes. Leur présence vivante enrichit la vie culturelle et musicale de la ville, en faisant partie
intégrante du tissu social et festif québécois.

Nightlife aujourd'hui