Inventaire du patrimoine industriel – Salaberry-de-Valleyfield


Page couverture_inventaire du patrimoine industriel de Salaberry-de-Valleyfield
 
Communiqué de presse annonçant le lancement du rapport d’inventaire
Première partie du rapport
Deuxième partie du rapport
Troisième partie du rapport
 
 
SOMMAIRE

Cet inventaire du patrimoine industriel de la ville de Salaberry-de-Valleyfield a deux objectifs : identifier les ressources, passées et actuelles, présentes sur le territoire de la ville afin de connaître leur ampleur et leur poids dans le tissu identitaire et social du lieu, puis fournir un tremplin au MUSO pour l’élaboration éventuelle de projets de mise en valeur des industries locales, dans une perspective de renforcement communautaire entre les entreprises, les instances municipales et le milieu.

Finalement, ce projet a été financé par le ministère de la Culture et des Communications du Québec dans une optique de gestion et de diffusion de ce patrimoine, y compris la transmission de ses valeurs aux générations actuelles et futures.

Plus de 225 entreprises, infrastructures de transport et de production énergétique, ainsi que des quartiers ouvriers ont été recensés dans le cadre de cet exercice qui se veut un travail de défrichage pour mettre en relief les principales composantes de l’histoire industrielle de la ville. Il en ressort la démonstration de l’importance de Salaberry-de-
Valleyfield en tant que ville industrielle, une étiquette qu’elle est fière d’arborer.
 
 
REMERCIEMENTS

Il importe, tout d’abord, de souligner le travail de coopération extraordinaire des membres du MUSO pour la réalisation de cet inventaire, en particulier Mme Annabelle Laliberté pour son appui indéfectible dans l’élaboration du projet et l’établissement d’un lien stratégique avec la municipalité, puis Mathieu Tremblay qui nous a fait bénéficier de ses vastes connaissances du territoire et avoir agi en tant qu’agent de liaison auprès des industries en opération et des propriétaires d’anciennes usines.

Certes, un projet comme celui-ci nécessite le jumelage de plusieurs expertises. À cet égard, l’apport de Jean Bélisle, spécialiste en architecture industrielle, et celui des membres de L’Enclume (notamment Christophe-Hubert Joncas et Jérémie Gravel), qui ont collaboré à la recherche et ont piloté la cartographie, la base de données et tous les aspects techniques du rapport, ont été capital pour la réussite de cet inventaire.

Nous tenons à souligner également la contribution de nos précieux collaborateurs, en commençant par le ministère de la Culture et des Communications du Québec qui a subventionné le projet, et la Ville de Salaberry-de-Valleyfield qui nous a apporté un support technique et des services indispensables.

S’ajoutent à cela les individus suivants qui, par leur dévouement pour la reconnaissance du patrimoine campivallensien, ont pris de leur temps pour nous communiquer des informations précieuses et pour effectuer des recherches : Ken Lyons, chercheur autonome, Marcel Lecompte, de la Société d’histoire et de généalogie de Salaberry, André Grenier, de la Bibliothèque Armand-Frappier et Christiane Martin, du Comité du Patrimoine des Anciens Quartiers.

Finalement, nous remercions les entreprises et les particuliers qui ont ouvert les portes de leurs usines et anciennes usines, et ceux qui nous ont fourni de la documentation et des photos, la matière première de cet ouvrage. Ils sont l’image du lien fondamental qui existe entre les industries et la communauté de Salaberry-de-Valleyfield et cet inventaire leur est dédié tout particulièrement.
 
 
IMG_3414_retouche auto
De gauche à droite : Mathieu Tremblay, responsable des collections et des expositions du MUSO; Karl Dorais Kinkaid, urbaniste pour la coopérative de travail ENCLUME; Jean Bélisle, consultant en architecture industrielle; Gisèle Piédalue, consultante en patrimoine et archéologie; Christophe-Hubert Joncas, aménagiste spécialiste en patrimoine pour la firme ENCLUME et Annabelle Laliberté, directrice générale du MUSO.